Marine et le porte-avions chinois

Publié le par Vincent Sévigné

Un porte-avions vient de sortir des chantiers navals chinois. Selon moi, il y a une relation directe entre cet événement majeur et la campagne présidentielle française.

 

Un porte-avions, c'est un concentré colossal de technologies ultra-sophistiquées. Le peuple chinois, emmené par son gouvernement, est ravi de ce succès incontestable, et cette fierté est légitime. Et pourtant, pour un Français, cela pose beaucoup de questions.

 

Est-ce une bonne nouvelle pour la paix et l'équilibre des peuples en Extrême-Orient ? Qui a formé l'élite scientifique chinoise ? Qui a initialisé les technologies évoquées ci-dessus ?

 

Les multi-nationales qui créent des succursales en Chine sont accueillies à bras ouverts. Grâce à elles, les Chinois apprennent les techniques les plus récentes et les plus performantes. Ils les améliorent, avec l'aide des techniciens et des scientifiques américains ou européens, pour les adapter à leurs besoins gigantesques : la construction de nouvelles turbines en est un exemple impressionnant. Mais, dès que la Chine maîtrise un domaine technologique, il n'est plus question d'accepter, sur son sol, la moindre concurrence étrangère : quelques sociétés françaises l'ont appris à leurs dépens.

 

La dette de la France envers la Chine est affolante, alors que la France a beaucoup plus donné que reçu. La Chine possède la moitié du Pirée, le port d'Athènes. Demandez aux Grecs ce qu'ils en pensent. La Chine détient presque la moitié de l'aéroport de Toulouse (en réalité beaucoup plus) : que fabrique-t-on à Toulouse ?

 

Un policier français est venu dans un appartement, appelé au secours par ses habitants chinois. A son arrivée, il s'est trouvé en face d'un homme armé d'un grand couteau de cuisine. Il a pris peur et a, peut-être, commis une erreur d'appréciation. La solidarité chinoise nous interdira d'en savoir plus. C'est toute la Chine (sic) qui s'est emparée de ce fait divers. Qu'en sera-t-il quand elle aura le pouvoir en France ? Certains diront que je suis raciste : c'est leur droit.

 

Parmi nos deux finalistes de l'élection présidentielle, qui essaie d'introduire un peu de protectionnisme ? Qui, au contraire, souhaite ouvrir la France à la concurrence internationale ? Qui applaudit les « investisseurs » étrangers qui viennent pomper le savoir-faire français pour, dès que possible, le délocaliser en des lieux plus rentables ? Est-ce que cette stratégie est bénéfique pour le peuple français ou, au contraire, n'est-elle pas uniquement au profit des multinationales et de leurs actionnaires ?

 

Qui, de monsieur Macron ou de madame Le Pen, vous semble le plus solide pour défendre la France ? Enfin, sinon surtout, ne me dites pas que l'Union européenne protège les intérêts de la France : c'est exactement l'inverse.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article