La myope en politique

Publié le par Vincent Sévigné

 

Est-ce dû à l'âge ? La myopie, ou la vue à court terme, est l'une des caractéristiques des mieux assumées en politique. Sur ce point, il faut avouer que la plupart des ténors de la droite font preuve d'un aveuglement exceptionnel.

 

Ils font tout pour que le score de Macron soit le meilleur possible. L'idée sous-jacente est limpide : c'est grâce au désistement de certains candidats de gauche qu'ils ont été élus, notamment Xavier Bertrand et Christian Estrosi. Ils pensent donc que ce scénario va se reproduire, au moins aux régionales.

 

Selon moi, ce calcul est obsolète. Une victoire éclatante de Macron ne peut qu'affaiblir les Républicains, aux législatives puis aux régionales : le plus souvent, ils seront derrière les partisans de Macron et ce sont eux, les derniers survivants des Républicains, qui seront appelés à se désister. Notons, en effet, que leur soutien actuel les rendra coresponsables du futur désastre, selon moi inéluctable, de Macron.

 

Affaiblir Marine ? Absurde ! Même si elle n'avait que 35% des voix au second tour, ce serait déjà un triomphe. Or, compte tenu de son énergie et de son talent impressionnant, elle peut espérer beaucoup plus. En ce qui concerne le fond du programme, il y a au moins autant d'adeptes de celui de madame Le Pen que de celui de monsieur Macron.

 

Marine fait encore peur à certains. Certes, mais il y a de plus en plus de responsables politiques, ou dans les médias, qui commencent à s'interroger sur le programme et les capacités réelles de monsieur Macron. Les yeux commencent à se dessiller. La « gaffe » de Jacques Attali est révélatrice du fond de la pensée du groupe qui, avec Macron, prend le pouvoir : le sort des salariés de Whirlpool est une « anecdote ». Certes, des proches de Macron ont essayé de colmater cette ouverture vers la réalité macronienne, mais le voile se déchire. Mélenchon, qui n'est pas un imbécile, a bien compris le danger : il ne veut pas cautionner une future Bérézina anti-sociale. Cambadélis lui-même est « inquiet » !

 

Non seulement le programme de Macron va faire exploser à la fois le chômage et la dette, mais il apparaît de plus en plus clair que Macron est un « gosse trop gâté », absolument pas préparé à assumer la direction de la France. Or, cette fragilité pourrait amener Macron à donner, très rapidement et dans l'euphorie de la victoire, des gages à son aile dure, dans le domaine de la GPA par exemple : un levier efficace pour créer une nouvelle fracture de la population française qui n'en a peut-être pas vraiment besoin. La Manif pour tous a raison de le signaler.

 

Enfin, sinon surtout, en 2017, Marine ne peut pas être dangereuse car elle n'aura pas de majorité parlementaire en restant seule. Elle devra composer avec une partie des Républicains. En 2022, après l'apocalypse engendrée par Macron, cautionnée par les ténors des Républicains, elle a toutes les chances de prendre réellement le pouvoir : ses troupes seront prêtes.

Commenter cet article