Le prix Nobel de la guerre

Publié le par Vincent Sévigné

Je suis en total désaccord avec l’attribution du Prix Nobel « de la paix » à un organisme qui prône la suppression totale des armes nucléaires.

 

Je suis absolument convaincu que l’absence de guerre mondiale « chaude » est uniquement due aux armements nucléaires. Je vais même encore plus loin : un jour, la France sera bien « contente » de disposer d’un parapluie nucléaire pour éviter d’être envahie par des chars ou des robots venus d’un pays puissant.

 

Les organismes supranationaux n’ont jamais été en mesure d’empêcher une guerre. La Communauté européenne elle-même serait bien incapable d’arrêter une invasion de la France par les armées allemandes si le gouvernement de l’Allemagne prenait une telle orientation.

 

Certes, il faut tout faire pour animer un esprit de paix et de concorde franco-allemand : de Gaulle l’avait bien compris. Pour autant, il ne faut pas être naïf. La montée en puissance de l’Allemagne, tout à fait légitime, doit nous inciter à la prudence.

 

Il est vrai que la prolifération des armes nucléaires constitue un risque mondial non négligeable ; mais, c’est aussi une assurance de non agression pour les « petits » pays : Israël et la Corée du Nord l’ont bien compris.

 

Or, le climat actuel est terriblement belliqueux. Il n’y a pas que Daech. La planète terre foisonne de conflits « locaux » qui pourraient mettre le feu aux poudres d’une guerre mondiale s’il n’y avait pas les parapluies nucléaires.

 

C’est triste à dire, mais c’est ainsi. La Norvège elle-même, du fait de son pactole tout à fait contestable, s’interroge.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article