Macron : le grand entretien

Publié le par Vincent Sévigné

Dans l'hebdomadaire « Le Point » et sur une dizaine de pleines pages, notre Président « fait le point », justement, sur sa vision du monde, de la France et de son action : c'est un exercice classique imposé à la plupart des responsables politiques de haut niveau.

 

En général, cet « exposé de politique générale » est publié dans un, ou plusieurs, livre. L'article précité est, par nature, plus succinct. Sur le fond, il est plutôt moins bon que ceux d'Alain Juppé ou de François Fillon dans le même registre.

 

Comme ses prédécesseurs, monsieur Macron donne souvent une analyse correcte de la situation, notamment quand il pointe certaines erreurs des gouvernances passées. Comme ses prédécesseurs, il fait semblant de croire qu'il gouvernera mieux que les autres.

 

Il feint de croire qu'il arrivera à faire évoluer l'Europe : est-ce de la naïveté ou de la « com » à usage interne ? Créer un fond commun pour investir dans l'économie ? Seule l'Allemagne a la puissance financière et la crédibilité pour lancer cette aventure. Mettre un peu d'ordre dans la réglementation des « travailleurs détachés » ? C'est un sujet où la France est minoritaire.

 

Il veut une réforme profonde de l'APL ? Sur quels critères ? Il veut respecter la règle des 3% ? Mis à part la baisse des dotations pour les collectivités territoriales, les économies sont encore à trouver. Notons que cette baisse des dotations n'est pas assortie de directives pour limiter la gabegie des dépenses de fonctionnement : ce sont donc les contrats temporaires qui vont être rognés. Et pour les recettes, c'est la CSG qui va augmenter, au détriment des classes moyennes aisées.

 

Il veut « rééquiper les armées et moderniser notre appareil de dissuasion » : très bien, mais où trouver l'argent ? Et il maintient son idée farfelue de « service national ».

 

Il veut une réforme profonde de la « formation professionnelle » : génial ! En s'appuyant sur l'Université ? Celle-ci n'est pourtant pas un modèle de réalisme.

 

Enfin, et surtout, comme on l'avait noté avant les vacances, il y a tout le reste que je rappelle, pour mémoire. La Chine est l'un des pays les plus protectionnistes au monde et elle achète le savoir-faire français : comment introduire un petit peu de protectionnisme en France ?. Comment protéger l'économie française contre une nouvelle crise des banques d'affaires ? Les multinationales ne paient pas leur part normale d'impôts : comment, techniquement, stopper cette injustice ? Les fortunes des plus riches augmentent de façon exponentielle : comment freiner cette dérive à l'avenir mortel ? Comment alléger concrètement le carcan administratif des PME ? Comment gérer l'ubérisation ? La publicité envahit nos écrans, nos téléphones et nos boîtes aux lettres : comment endiguer cette boulimie ? L'incivilité, notamment à l'école, devient un problème majeur : comment mettre en place un système de sanctions dissuasif ? Les prisons sont surpeuplées : comment mettre en place un système intermédiaire efficace ? La police n'a plus confiance dans la justice, et elle le dit : que faut-il faire ? Qui va payer les belles idées de monsieur Hulot ? Quelle sera la politique nucléaire ? Que va-t-on faire à Notre-Dame-des-Landes ? Qui va organiser un audit sérieux sur la vaccination contre l'hépatite B ? Etc.

 

 

Commenter cet article