Loi travail

Publié le par Vincent Sévigné

Le « grand entretien » de Macron a un peu occulté la présentaion de la loi sur le travail. Or, c'est celle-ci qui est significative.

 

En simplifiant, disons que, comme au niveau de l'Education Nationale, cette loi répare certaines des erreurs des gouvernements précédents. Elle est relativement satisfaisante : la droite elle-même est bien obligée d'en convenir.

 

Mettre un peu d'ordre dans les indemnités de licenciement était devenu indispensable ; il semble que les divers partenaires, sauf la CGT, soient arrivés à un consensus raisonnable.

 

« La suppression des contraintes administratives inapplicables » sur la pénibilité était tout aussi nécessaire. Là encore, il semble que le gouvernement ait réussi à trouver une formulation qui ne braque pas la CFDT, en pointe sur ce sujet.

 

Faciliter les accords à l'intérieur de chaque entreprise tout en laissant la priorité aux accords de branche est la bonne démarche : les syndicats, souvent extrémistes au niveau national, savent faire preuve de bon sens quand on se rapproche du terrain.

 

Regrouper les instances représentatives du personnel ne saurait nuire à leur efficacité et cela supprime quelques postes inutiles : il serait souhaitable d'en faire autant dans les administrations et les collectivités territoriales.

 

Bref, ce projet de loi est globalement sain ; est-ce qu'il suffira pour diminuer le chômage et redresser la France ? Non, évidemment, mais c'est un signal positif. Il ne faudrait pas que le gouvernement se contente de ce premier effort, car ce n'est qu'une goutte d'eau par rapport à tout ce qui reste à faire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article