Macron: le bilan

Publié le par Vincent Sévigné

Je n'ai jamais cru en monsieur Macron, mais, à ce jour, le bilan est pire que tout ce que j'avais imaginé. Le tour des points positifs est rapide : il va y avoir un peu de proportionnelle, la politique extérieure sera moins absurde que celle de Laurent Fabius et le nouveau ministre de l'Education nationale sera moins débile que ses deux prédécesseurs : tant mieux, mais cela ne me suffit pas.

 

En ce qui concerne les retraites, monsieur Macron nous promet un vaste chantier, nécessairement injuste, notamment en matière de pénibilité, dont le principal intérêt est de ne rien faire à court terme. Monsieur Macron veut donner plus de poids au « dialogue social » c'est-à-dire à des syndicats qui ne représentent plus la base et qui sont enfermés dans des exigences dépassées. Il veut plus d'Europe, c'est-à-dire plus de Commission européenne et il est bien clair qu'il ne voudra pas affronter celle-ci : or, la majorité des pays représentés dans cette commission est pour le maintien des « travailleurs détachés ». Monsieur Macron veut supprimer l'état d'urgence en le remplaçant par des mesures strictement limitées au terrorisme : or, on sait bien que la frontière entre le terrorisme et le grand banditisme est poreuse, sans parler des risques du communautarisme. Monsieur Macron propose d'alléger le millefeuille administratif par la concertation : c'est exactement le type de domaine où il y a tellement d'intérêts contradictoires qu'il faut imposer une solution sans concertation locale. Aucune des propositions budgétaires pour limiter les dépenses n'est crédible.

 

Et il y a tous les domaines dont ni Macron, ni Philippe, n'ont parlé. Pour mémoire, j'en rappelle quelques-uns parmi les plus inquiétants. La Chine est l'un des pays les plus protectionnistes au monde et elle achète le savoir-faire français : comment introduire un petit peu de protectionnisme en France ?. Comment protéger l'économie française contre une nouvelle crise des banques d'affaires ? Les multinationales ne paient pas leur part normale d'impôts : comment, techniquement, stopper cette injustice ? Les fortunes des plus riches augmentent de façon exponentielle : comment freiner cette dérive à l'avenir mortel ? Comment alléger concrètement le carcan administratif des PME ? Comment gérer l'ubérisation ? Comment endiguer l'accroissement délirant des dépenses de fonctionnement des collectivités territoriales ? La publicité envahit nos écrans, nos téléphones et nos boîtes aux lettres : comment endiguer cette boulimie ? L'incivilité, notamment à l'école, devient un problème majeur : comment mettre en place un système de sanctions dissuasif ? La pression des migrants s'accentue : que propose monsieur Macron ? Les prisons sont surpeuplées : comment mettre en place un système intermédiaire efficace ? La police n'a plus confiance dans la justice, et elle le dit : que faut-il faire ? Qui va payer les belles idées de monsieur Hulot ? Quelle sera la politique nucléaire ? Que va-t-on faire à Notre-Dame-des-Landes ? Qui va organiser un audit sérieux sur la vaccination contre l'hépatite B ? Etc. On en reparlera à la rentrée.

 

Bonnes vacances tout de même !

Commenter cet article