Dupont-Aignan et Macron

Publié le par Vincent Sévigné

J'avoue que l'accord passé entre Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan me semble surprenant, pour ne pas dire plus. Selon moi, la stratégie de Jean-Luc Mélenchon est beaucoup plus astucieuse. Comme Mélenchon l'explique lui-même, c'est la seule façon de ne pas désorienter son électorat. Je pense que monsieur Dupont-Aignan aurait dû choisir un positionnement symétrique : une charge violente et solidement argumentée contre Emmanuel Macron et pas d'autre consigne de vote. Certaines des réactions à Yerres sont édifiantes. Les Français ne sont pas des moutons, et surtout pas les électeurs de Dupont-Aignan car ce choix suppose déjà un solide niveau de réflexion. Lesdits électeurs avaient déjà fait leur choix et il était parfaitement inutile d'en dire plus. Cet accord sera-t-il le « baiser de la mort » pour monsieur Dupont-Aignan ?

 

Monsieur Macron, lui, poursuit son travail d'intoxication, soutenu par tous les médias. Lundi soir, sur France 2, mon impression, évidemment contestable, était que monsieur Macron faisait tout pour se présenter à l'opposé de ce qu'il incarne réellement. C'est lui qui va intensifier les fractures de la France. Il est pour le maintien des « travailleurs détachés » ce qui va accentuer la précarité des plus pauvres. Il est pour donner plus de pouvoirs à des syndicats de moins en moins représentatifs, ce qui va compliquer la vie des PME et donc accélérer le chômage. Il est pour une ouverture aux migrants ce qui va surcharger la barque et provoquer un délitement de la communauté française. Il est pour l'Union européenne telle qu'elle fonctionne actuellement, c'est-à-dire avec un système de normes absurde et injuste. Il va vendre le patrimoine industriel et technologique de la France aux « investisseurs » étrangers. Il va creuser dramatiquement la dette. Enfin, et surtout, il va donner le pouvoir aux milliardaires. Selon moi, cette évolution ne présente pas le même type de risque que le nazisme ou le communisme stalinien, mais elle me semble tout aussi inquiétante.

 

L'exemple de Whirlpool me semble significatif. Monsieur Macron discute avec les syndicats ; la solution qu'il préconise est limpide : un plan social et un partenaire qui reprendra les bâtiments et quelques salariés qui devront se reconvertir. Quoi qu'il en dise, ce sera une catastrophe pour les sous-traitants. Or, c'est exactement cela ce qu'il veut pour l'ensemble de l'industrie française : une délocalisation massive au nom de la compétitivité. Je ne vois pas une seule petite lueur d'espoir dans le programme de monsieur Macron.

 

Monsieur Macron est le candidat de google, microsoft, amazon, ikéa, etc. Pourquoi ces entreprises sont-elles étrangères ? D'une part, si elles étaient françaises, elles paieraient des impôts sur leurs bénéfices. D'autre part, aucune entreprise française n'oserait imposer à ses employés des conditions aussi drastiques.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article