L'étrange monsieur Fillon

Publié le par Vincent Sévigné

Monsieur Fillon semble penser que la campagne inique qui le poursuit encore est pilotée, en partie, par l'Elysée. Or, malgré cela, il demande de voter pour Macron, alors que celui-ci est, évidemment et depuis le début, le véritable successeur de François Hollande.

 

Selon moi, cette erreur est la pire de toutes car elle interdit, pour l'avenir, de mettre en cause la dangerosité de monsieur Macron. Il me semble donc qu'il manque à monsieur Fillon deux qualités indispensables pour un Président de la République : la lucidité et le bon sens.

 

Ayant été cinq ans premier ministre, il devait savoir que la justice française est au service du pouvoir, quel que soit celui-ci. Personne, absolument personne, n'est à l'abri d'une mise en examen, voire d'une condamnation partiale. S'engager à ne pas se présenter si on est mis en examen est donc absurde.

 

Il a eu tort de s'attaquer au « Canard enchaîné » qui a joué le rôle qui est le sien depuis plus d'un demi-siècle. Au contraire, il aurait dû minimiser cette « affaire » en rappelant que « tout le monde faisait cela » mais que c'est une erreur qu'il faut corriger. Il aurait dû expliquer que si ses costumes ne lui sont pas offerts, ils sont payés par le contribuable. Il aurait dû préciser ce qu'il a fait de l'argent gagné en tant que premier ministre. Investir dans un manoir coûte cher : la bourgeoisie terrienne le sait bien. Il est vrai qu'il est difficile de justifier auprès des pauvres cette participation à la consevation du patrimoine de la France.

 

Un candidat à la magistrature suprême doit accepter de se mettre tout nu, comme les étrangères qui étaient appelées à devenir reines de France, ou, plus récemment, comme certain acteur talentueux. Et madame Le Pen ? Il y a longtemps qu'elle n'a plus rien à cacher. Elle-même, sa famille, ses amis, ses relations, fussent-elles fugitives, ont été passés au crible des médias.

 

Et monsieur Macron ? Il est déjà nu mais, comme dans la fable, les médias se taisent. Seuls quelques « enfants », tel Frédéric Poisson (déclaration du PCD suite au premier tour), commencent à oser la vérité : « il est tout nu ». J'espère que Marine Le Pen arrivera à convaincre les Français de l'évidence : monsieur Macron est l'héritier choisi par Hollande, boosté par tous les médias qui appartiennent aux milliardaires, indifférent au sort des « sans dents » et des PME (hormis les start-up). Il veut une France au service du grand capital et donc ouverte à la concurrence déloyale des hommes et des marchandises.

 

Une dernière remarque : le premier soutien de monsieur Macron est Gérard Collomb. Depuis 2007, celui-ci a instauré un partenariat entre Microsoft et la ville de Lyon. Bill Gates apparaît de plus en plus comme notre futur gourou. Cet adepte de l'optimisation fiscale veut plus que notre argent : il veut notre âme.

 

Je comprends que vous votiez pour Macron. Je souhaite seulement que vous ayez bien conscience de ce qu'il représente réellement.

Commenter cet article