Les sondeurs sont-ils des menteurs?

Publié le par Vincent Sévigné

Selon moi, certaines affirmations des sondeurs sont absurdes. Si j'ai raison, c'est tout l'ensemble des sondages qui est sujet à controverse. Les sondeurs sont-ils trop enclins à flatter ceux qui les payent ? Le premier but des sondages est-il d'influencer les électeurs ? Les Français, qui ne se plient jamais aux diktats des sondeurs, sont-ils des girouettes ?

 

Revenons au point de départ : selon moi, contrairement à ce que prédisent les sondages, il est absolument impossible que Macron fasse mieux que Fillon au deuxième tour contre Marine Le Pen. Commençons par l'hypothèse la moins probable, un deuxième tour entre Marine et Fillon. Le rejet du FN et de ses avatars est dans l'ADN de la gauche ; même si Fillon ne soulève pas l'enthousiasme, dans l'isoloir c'est le rejet précité qui l'emportera. Il suffit de se souvenir de Jacques Chirac que beaucoup, à gauche, vomissaient. Rappelons-nous aussi les scores aux régionales où certaines fédérations socialistes ont été jusqu'à se saborder, ce qui n'est pas rien, pour barrer la route du FN. Contre Fillon, Marine fera moins de 40%.

 

Considérons maintenant l'hypothèse admise actuellement comme la plus vraisemblable, à savoir un duel entre Marine et Macron. La situation n'est pas du tout symétrique. Le rejet du FN n'est pas dans l'ADN de la droite. Ce sont les états-majors, et eux seuls, qui ont prôné un prétendu cordon sanitaire contre le FN, dans le seul but de préparer la contrepartie, c'est-à-dire les ralliements précités. Mais cette démarche politicienne n'était absolument pas assumée par la base. Au contraire, tout le monde, à commencer par les sondeurs eux-mêmes, reconnaît que la frontière est poreuse entre une bonne partie de la droite classique et les souverainistes. On nous dit qu'un tiers des électeurs de Fillon se reportera sur Marine : qui peut croire à une telle prévision alors qu'il y a encore tant d'inconnues ? Mon instinct me dit qu'au moins la moitié des sympathisants de Fillon choisira Marine au second tour. Parfois par penchant naturel, parfois par réaction de colère, surtout si l'acharnement contre Fillon continue à surfer sur des vagues indécentes. Ajoutons à cela tous ceux qui commencent à comprendre que Macron c'est à la fois Merkel pour l'ouverture à l'immigration et aux travailleurs « détachés » et Hollande pour le creusement de la dette, le gonflement du chômage et l'écrasement des classes moyennes. Est-ce que Marine l'emportera dès 2017 ? Peut-être pas, mais elle dépassera les 45%.

 

J'insiste pour affirmer que l'analyse qui précède me semble du simple bon sens. Le problème est qu'elle implique son corollaire : peut-on croire les sondeurs ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article