Fillon contre-attaque

Publié le par Vincent Sévigné

Hier soir, 23 mars, sur France 2, Fillon a été exceptionnel. David Pujadas avait préparé un guet-apens : tous les ingrédients de la déstabilisation étaient là. Interrompre le candidat, lui imposer de revenir aux « affaires », donner la parole à des interlocuteurs d'une mauvaise foi imbuvable.

 

Je dois avouer que, au début, cet essai d'intoxication m'a irrité et m'a paru indigne d'un service public. Mais Fillon ne s'est pas démonté et, au final, cet essorage a montré que Fillon savait, enfin, se battre et qu'il n'avait plus rien à envier à Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen qui, eux, ont appris, depuis longtemps, à parer les coups les plus pervers. Si monsieur Pujadas invite monsieur Macron, il serait intéressant qu'il le soumette au même bombardement inique pour voir si Emmanuel a l'arrogance des faibles et la fragilité des néophytes ou si, au contraire, il a déjà une armure de présidentiable.

 

Non seulement François Fillon a su garder son calme et déjouer les pièges, parfois avec humour, mais il a réussi à exposer ses arguments essentiels : il faut arrêter de creuser la dette, il faut relancer la machine économique, il est le seul à proposer une alternance raisonnable, il aura une majorité pour mettre en œuvre son programme, il sera attentif aux plus fragiles, il n'est pas d'accord avec la politique d'Angela Merkel en ce qui concerne une ouverture irresponsable aux immigrés. Après cette prestation, s'il ne remonte pas dans les sondages c'est que ceux-ci sont truqués.

 

Certains pensent que je suis payé par les « Républicains ». Non, je suis totalement libre. Je n'ai même pas cette obligation des journalistes qui se doivent de saupoudrer une pincée de sel à gauche et un zeste de citron à droite pour tenir compte des sensibilités de leurs lecteurs. Je dis ce que je crois et crois ce que je dis. J'ai détaillé, en son temps, ce que je pensais des divers programmes et je n'ai pas hésité à critiquer les innombrables erreurs de Fillon lors d'une défense maladroite. Mais, selon moi, il est bon que le candidat de la droite classique soit crédible et ait sa place dans le débat final. Reste la question essentielle, la seule qui vaille : son programme est-il bon pour la France ? C'est le peuple français, et lui seul, qui répondra.

 

Comme chacun sait, la meilleure défense c'est l'attaque. Monsieur Fillon a jugé bon de mettre directement en cause le chef de l'état. Je suis évidemment incapable, à ce jour, d'apprécier la crédibilité de cette agression qui donne un tour totalement nouveau à la suite de la campagne présidentielle. Celle-ci va-t-elle devenir sanglante ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

VIENTIANE 25/03/2017 19:07

Tout à fait d'accord avec vous. Car on n'est pas dupe, tous les journalistes en France sont presque à
Gauche. Qu'ils ne voient pas la situation de la France actuelle, qu'ils cherchent à mettre à genoux
François FILLON. Pauvre FRANCE!!! A quand la réforme ? qui est capable de redresser la France? Merci encore de votre article.