Pénélope : un cas d'école

Publié le par Vincent Sévigné

Pénélope : où est le problème ? J'ai déjà dit que chaque Français, et encore plus chaque Française, est bien convaincu qu'assurer l'équilibre d'un haut responsable est un service rendu à la Nation. Ce faisant, Pénélope a, fort probablement, été plus utile qu'un attaché parlementaire lambda. Le salaire perçu est raisonnable.

 

Les rois offraient des châteaux et des noms à courants d'air. Or, la République, elle, n'a pas prévu de rétribution officielle pour ce type d'occupation. Il faut donc tricher, en se protégeant derrière un paravent plus ou moins légal. Pénélope aurait facilement pu simuler une activité politique. Mais non, tels Adam et Eve, François et Pénélope ont eu l'incroyable naïveté de rester sans couverture. Qui plus est, le premier article du Canard Enchaîné, pas bien méchant, les a fait tomber des nues et il a fallu douze jours pour que François réalise, enfin, sa nudité et sa perte d'auréole céleste. Le retour dans la vallée des larmes a été un peu brutal et l'enfantement de sa nouvelle campagne se fait dans la douleur : ceux qui « tractent » pour lui encaissent regards réprobateurs et remarques acerbes.

 

La morale de cette histoire est qu'il faut respecter les règles, même si celles-ci semblent parfois artificielles : on ne franchit pas la ligne jaune, même si la visibilité est bonne et qu'il n'y a personne en face. Il y a des pommes qu'il faut savoir ne pas croquer, sinon c'est la porte ouverte sur tous les dérapages.

 

Et puis, tout manquement, même apparemment mineur, dévoile une fragilité sous-jacente. Se croire au-dessus des lois bonnes pour la plèbe. Ne pas se contenter de son salaire, même s'il est déjà fort élevé au regard des smicards. Penser que les attachés parlementaires ne sont pas vraiment indispensables pour le bon fonctionnement de la République. Lécher les miettes tombées de la table des plus riches.

 

La nouvelle Pénélope, comme son illustre aïeule, restera un cas instructif pour les futures générations.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article