Des programmes percés

Publié le par Vincent Sévigné

Tous les programmes, y compris celui de François Fillon, comportent des trous béants. Est-ce que Marine Le Pen comblera ces lacunes, ne serait-ce que pour obliger ses concurrents à être un peu plus complets ?

 

Selon moi, l'absence criante de proposition concerne d'abord les multinationales et leurs relations avec internet. Les multinationales sont devenus des acteurs majeurs et incontournables de l'économie mondiale. Si on ne fait rien, leurs dirigeants vont prendre le pouvoir planétaire, probablement pour le pire.

 

Il ne s'agit évidemment pas de les considérer comme des ennemis. Ce qu'il faut, et il y a urgence, c'est mettre en place un nouvel ordre économique mondial qui laisse le pouvoir ultime aux responsables politiques. Il faut, notamment, que les multinationales participent raisonnablement aux financements publics.

 

Je ne pense pas que cette régulation puisse être amorcée par des règlements internationaux : les lobbies des multinationales sont trop puissants pour laisser faire une harmonisation qui priverait les riches d'une partie de leur pouvoir.

 

C'est donc à chaque état de proposer des solutions ; le problème n'est pas technique, mais politique : on l'a déjà dit. Augmenter le temps de travail pour rentrer dans un cycle de concurrence au seul profit du capitalisme ne peut pas améliorer le bonheur de l'humanité. Les progrès techniques doivent suffire pour compenser le vieillissement de la population.

 

Une autre lacune concerne l'usage, voire l'abus, de la publicité. Celle-ci devrait être soumise à une taxe spécifique pour inciter à plus de retenue dans ce domaine. Diviser par deux le volume des prospectus dans les boites aux lettres serait bénéfique pour tous. De même, il est impératif de taxer les bénéfices liés à la publicité sur internet, notamment quand ils sont au profit de géants comme google.

 

L'ubérisation est, elle aussi, un phénomène irréversible : il faut, au minimum, instituer un groupe de réflexion sur de nouvelles lois indispensables.

 

La petite délinquance n'est pas seulement une nuisance en soi ; c'est aussi un terreau où prospèrent la grande délinquance et le terrorisme. Créer de nouvelles places dans les prisons ne suffit pas : il faut complètement repenser le traitement des délits mineurs et amorcer une dépénalisation intelligente du cannabis.

 

Cette liste est loin d'être exhaustive. Le système actuel des APL est absurde : il faut complètement le rénover. Quels contrats proposer aux migrants ? De plus, il faudrait parler des problèmes pour lesquels les candidats n'apportent que des demi-solutions. Et il reste moins de quatre mois !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniele 18/01/2017 09:27

Lire des commentaires objectifs, non haineux, loin des clivages et des clichés....c est rare...est ce que cela va continuer ? Je l espère fortement !

Vincent Sévigné 20/01/2017 17:17

Merci !