Une éruption volcanique

Publié le par Vincent Sévigné

Quatre millions de votants, Sarkozy éliminé et Fillon avec plus de 44% des voix. Certains sondeurs parlent de volatilité : absurde. Il s'agit bien d'une éruption volcanique. Seul un déplacement des plaques tectoniques peut expliquer des résultats d'une telle ampleur et d'une telle violence.

 

Y aura-t-il une inversion entre les deux tours ? Cela m'étonnerait. Ceux qui ont voté pour François Fillon sont les premiers surpris du résultat. Ils ne vont certainement pas se laisser voler facilement cette première victoire. Au contraire, ils reviendront voter dimanche prochain, plus motivés que jamais.

 

Alain Juppé va contester le programme de François Fillon : tant mieux. Il est bon pour la France que les programmes des candidats soient passés au crible des critiques de leurs adversaires. Selon moi, le programme de Fillon est suffisamment solide pour résister à un nettoyage au karcher. Je souhaite toutefois que Fillon aille jusqu'au bout de sa démarche et ne cache pas que c'est au sein des collectivités territoriales que se trouve le principal réservoir d'économies potentielles en crédits et en personnels.

 

Et en dehors de la droite classique ? Le choix définitif de François Fillon serait (sera?) une très mauvaise nouvelle pour Marine Le Pen. Selon moi, elle aurait tort de se braquer immédiatement contre le simoun. Au contraire, elle a tout intérêt à faire le dos rond et à attendre février 2017 pour analyser la répartition politique après les premières retombées des cendres volcaniques.

 

Et à gauche ? Le déplacement des plaques tectoniques précité va provoquer une réaction violente et viscérale à gauche. Inévitablement. Inéluctablement. Monsieur Mélenchon peut-il en bénéficier ? Je pense que non. Son programme n'est pas un programme de gouvernement. Vu sous cet angle, il est anti-mitterrandien. Selon moi, le parti communiste n'a pas intérêt à s'enfermer sous sa bannière. Je crois, au contraire, que le PC doit choisir l'indépendance pour préparer son alliance avec le parti socialiste lors des législatives.

 

Emmanuel Macron ? Le choix de Fillon lui libèrerait de l'espace mais il reste un candidat de la finance et ses options sociales et sociétales n'y changent rien. Je ne vois pas monsieur Macron capable d'incarner la gauche. De même, monsieur Montebourg est un trublion sympathique mais je ne le crois pas assez crédible pour devenir le leader d'une gauche en reconstruction.

 

Alors, qui ? François Hollande. Le « Stop au Hollande bashing » est le prélude de cette renaissance. Peut-il garder un soupçon d'espoir pour 2017 ? Qui sait ? C'est lui le Président. Il va se représenter. Le déplacement des plaques tectoniques est un phénomène mondial : d'ici avril 2017, on peut encore avoir d'énormes surprises.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article